Unamen Shipu Logo

La confection des canots innus traditionnels

La confection des canots

Le canot a toujours eu une place importante auprès des Premières Nations. Ce fut un moyen de transport rapide et efficace avec une grande capacité de charge.Sa légèreté et sa facilité d'entretien ont été les clées de sa grande réussite. Il a joué un rôle prédominant dans le commerce de la fourrure et par le fait même, dans la découverte du continent. Si aujourd'hui il est facile de se procurer un canot de fibre de verre à bon coût, il fut un temps où la matière première était tout près et disponible en tout temps. Aujourd'hui, on n'utilise plus l'écorce de bouleau pour fabriquer un canot. Les communautés d'aujourd'hui conservant certaines techniques de fabrication d'autrefois, mais en utilisant des matériaux davantage disponibles et économiques, comme la toile pré-peinte.

À UnamenShipu, l'épinette blanche et le sapin baumier sont encore utilisés pour construire le canot. Pour certaines pièces, on utilisera le bouleau. C'est un bois qui résiste bien à l'humidité. Si aujourd'hui la scie mécanique contribue largement à accélérer le travail, il n'en demeure pas moins qu'une grande partie de l'ouvrage se fait à la main. Certaines pièces doivent être équarries à la main pour être utilisés. La tente qui est montée à cette occasion sert d'atelier pour toute la conception du canot. Elle protège les pièces de bois et les outils, et offre un lieu inestimable pour toute la communication du savoir aux générations suivantes, désireuses de poursuivre la tradition.

Afin d'aplanir les planches qui seront utilisées pour fabriquer l'armature du canot, une raboteuse électrique est utilisée. Cependant, pour certaines pièces de bois, un outil spécialement conçu, le mukutakan (couteau courbé), contribue grandement à la réalisation du projet. En effet, certaines pièces de bois demandent une grande souplesse et une précision d'ajustement non négligeable. Ce couteau composé uniquement d'une lame d'acier incurvé et placé à l'intérieur d'un manche de bois est souvent fabriqué par le chasseur lui-même, car c'est aussi un excellent couteau à tout usage.

Les membrures, ces pièces courbes qui donnent la forme et l'assisedu canot, sont fabriquées avec des planches de bois amincies. Elle sont trempées dans un bain d'eau chaude ou placées dans un tuyau d'acier rempli d'eau, placé au-dessus d'un feu à 35° d'inclinaison. Ces pièces, courbées à la main, sont regroupées et maintenues ensemble fermement à l'aide d'une pièce de bois et d'une corde. Ces membrures seront mises au repos afin de les faire sécher. Pour la fabricatio d'un canot moyen, il faut plus d'une quarantaine de membrures pour réaliser la structure caractéristique du canot. Le bord de main, cette pièce où viennent se fixer toutes les membrures et qui donne l'allure caractéristique d'un canot de rivières est préformée souvent sur le sol. De plus, elle est légèrement recourbée aux extrémités, maintenue en place par des rochers et des pieux. elle sera mise à sécher, elle aussi.

La toile est déposée sur le canot afin d'y être ajustée. Elle est taillée, repliée sur les extrémités et fixée au bord de mains. Il est important de bien la fixer à l'aide tensions appropriés. En effet, une toile trop tendue se déchirera durant l'hiver sous l'effet du froid. Par contre, si sa tension est souple, elle formera des rouleaux sous le canot et réduira ses performances.

La dernière étape est la peinture. Celle-ci sert à imperméabiliser le canot et lui permettra de prolonger sa durée de vie. Il faudra en donner plusieurs couches afin de rendre le canot résistant. Le canot entoilé n'est pas celui qu'on fabriquait à l'origine. C'est une adaptation moderne du canot d'écorce. Il comporte de grandes similitudes avec celui d'autrefois.